Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
[Histoire] Enée.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les enfants Elyséens Index du Forum -> Les Archives [rp] -> Missives, Parchemins, Documents -> Histoire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Enée
Conseiller

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2008
Messages: 582
Localisation: Dans les arcanes.

MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 11:41 (2008)    Sujet du message: [Histoire] Enée. Répondre en citant

~ Contact ~  
Enée semblait perdu depuis quelques minutes, ne trouvant plus son chemin dans la forêt qui le séparait de son village, du l'orphelinat où il vivait. C'était bien la première fois que cela lui arrivait ... Mais son frère ce jour là n'avait pas pu venir avec lui.

Il avait été envoyé, comme chaque premier jour de la semaine, chercher sur la cote les crustacés que les tempêtes envoyaient sur les plages. Ses muscles d'enfant saillaient sous sa fine chemise, lorsqu'il changeait son sac d'épaule, plein de couteaux, d'oursins et de crabes récoltés dans ce jardin aquatique.

Il finit par entrer dans un bosquet, il était complètement perdu dans le noir car le soleil venait de se coucher, emportant avec lui le peu de lumière que la forêt laissait passer. Il avança plus en se fiant au bruit de ses pas qu'à sa propre vue. Il sentit qu'il devait se trouver sur un chemin taillé dans les fourrés, car il ne prenait plus les pieds dans des feuilles ou des broussailles. De là où il venait, de jour, il auraient du mal à trouver ce chemin. De nuit, à moins de le connaître, il aurait été incapable de le découvrir. il arriva finalement dans une clairière, au millieu de laquelle se dressait une petit maison de pierre. Il y avait de la lumière à la fenêtre, et de la fumée montait de la cheminée. Il traversa la clairière et il s'étonna du calme relatif en ce lieu précis de la forêt.
Esitant un instant, Enée frappa puis poussa la porte et entra.
-"Ferme cette porte, gamin! Tu vas me faire attraper froid et me précipiter dans la tombe."
Il obéit précitamment, claquant la porte plus fort qu'il ne l'aurait voulu.

Il se retourna pour observer la scène. La maison ne comptait qu'une seul pièce, de petit taille. Un feu clair et chaud crépitait dans une grande cheminée, adossée à un mur. A côté de l'âtre se trouvait une table, derrière laquelle un Elyséen corpulent vêtu d'une robe noir se reposait sur un banc. Sa barbe et ses cheveux gris lui mangeait tout le visage à l'exception de ses yeux bleu claire et vifs qui brillaient dans la lumière du feu. Une longue pipe émergeait de la barbe, laissant échapper de prodigieux nuages de fumée blanche.

Enée connaissait cet élyséen.

-"Maitre Kirgan ..., commença-t-il, car cet individu n'était autre que le magicien et conseiller du village, un visage familier à l'orphelinat."
Kirgan leva les yeux sur le garçon auquel il s'adressa d'une voix profonde, grave et ronflante:
-"Ainsi tu me connais?"
-"Oui, monsieur. Je vous ai vu à l'orphelinat."
-"Comment t'appelles-tu, garçon?"
-"Enée, maître Kirgan."
-"Ah oui, je me souviens de toi et de ton frère, maintenant (le magicien agita la main d'un air absent) Inutile de m'appeler "maître", Enée ...Bien qu'effectivement je sois un maître dans mon art, ajouta-t-il en plissant les yeux d'un air amusé. Assieds-toi là, ordonna-t-il en désignant le banc de l'autre côté de la table.


Enée fît ce qu'on lui demandait, sans quitter son interlocuteur des yeux. Ce dernier avait beau faire partie des gens importants du village, il n'en restait pas moins un magicien, objet de suspicion, généralement mal vu par la population. Quand un animal mettait bas un monstre ou que le froid faisait geler les récoltes, les villageois pouvaient fort bien imputer cela à un magicien qui rôdait dans l'ombre; on disait même que certain était très lié aux Asmodien. Il n'y avait pas si longtemps certains villageois auraient chasser Kirgan à coup de pierres. A présent, ils le toléraient parce qu'il servait le village, mais les vieilles peurs ne s'en allaient pas si facilement.

Enée s'assit et discuta un long moment avec le vieux élyséen de tout et de rien, de la façon dont il s'était perdu, du village et autres ... Soudain Krigan se leva pour attraper un objet sur l'étagère la plus haute de sa bibliothèque et le plaça sur la table devant le garçon. Voyant qu'il était enroulé dans du velours, Enée se dit qu'il devait avoir une grande valeur pour qu'on l'enveloppe dans un tissu aussi cher. Kirgan ôta le velours, dévoilant un orbe de cristal qui scintilla à la lumière du feu. Enée poussa un "ah" de plaisir à la vue d'une forme aussi belle, apparemment dépourvue du moindre défaut et si simple dans sa forme qu'elle en devenait magnifique.
Kirgan désigna la sphère.
-"Regarde bien au fond de l'orbe, Enée."
Le garçon fixa les yeux sur la boule et tenta de suivre le ballet des flammes qui semblaient se perdre à l'intérieur. Les reflets de la pièce cent fois répétés se mêlèrent et dansèrent devant ses yeux alors même qu'il essayait de fixer son regard sur toutes les images à la fois. Elles tourbillonnèrent et se mélangèrent puis devinrent nébuleuses et obscures. Les rougeoiements du feu furent remplacés par une lueur d'un blanc laiteux et Enée se sentit attiré par une douce chaleur - semblable à celle qui régnait dans la cuisine de l'orphelinat, songea-t-il vaguement.
Soudain la boule s'éclaircit et Enée eut sous les yeux une image de la cuisine. Al, le gros cuisinier, était occupé à faire des pâtisseries et léchait ses doigts couverts de miettes sucrées. Il s'attira les foudre de Meg, le chef cuisinier, qui trouvait cette habitude dégoutante. Enée éclata de rire devant cette scène dont il avait déjà été témoin à plusieurs reprises. Brusquement, l'image disparut et le jeune élyséen se sentit très fatigué.

Kirgan recouvrit l'orbe de son tissu et le poussa sur le côté.
-"Tu t'es bien débrouillé, mon garçon, dit-il pensivement. (Il resta à regarder le jeune élyséen un moment, comme s'il réfléchissait à quelque chose, puis il s'assit.) Je n'aurais jamais cru que tu arrives à former une image aussi claire du premier coup, mais tu sembles valoir mieux que l'on pourrait s'y attendre. Reposes toi ... Nous poursuivrons demain, avant de t'accompagner jusqu'au village."

(A SUIVRE)

_________________


Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 11:41 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Enée
Conseiller

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2008
Messages: 582
Localisation: Dans les arcanes.

MessagePosté le: Jeu 23 Oct - 08:56 (2008)    Sujet du message: [Histoire] Enée. Répondre en citant


~ Le grand jour ~  
Première partie  
Les garçons de l'orphelinat se tenait debout dans la cour. C'était le solstice d'été, le dernier jour de l'année, qui marquait le début de la nouvelle. Aujourd'hui, tout le monde allait avoir un an de plus; L'occasion revêtait une certaine importance aux yeux des garçons réunis là, car c'était aujourd'hui le dernier jour de leur enfance. Aujourd'hui, c'était le jour du choix.
Enée sur le col de sa nouvelle tunique. Elle n'était pas vraiment neuve, puisqu'elle avait appartenu à son père, mais c'était la plus neuve qu'Enée ait jamais possédé. Une femme de l'orphelinat l'avait ajustée pour qu'elle aille au petit, afin qu'il ne fasse pas triste mine devant la Matrone et ses suivantes.

Enée regarda autour de lui. Les autres garçons portaient tous leurs plus beaux vêtements, car ce jour était l'un des plus importants de leur courte vie. Ils allaient se retrouver face à l'assemblée des maîtres artisans et des membres de la maisons Loinvoyants qui les évalueraient pour leur proposer un poste d'apprenti. Mais il ne s'agissait que d'un rituel dont l'origine se perdait dans la nuit des temps car, en réalité, les choix étaient déjà faits. Les artisans et les serviteurs de la Matrone avaient passé de nombreuses heures à discuter entre eux des mérites de chacun et tous savaient quels garçons ils allaient appeler.

En effet les enfants de huit à treize ans expérimentaient tous les corps de métier, une pratique qui s'était avérée très efficace sur le long terme et permettait de déterminer qui était vraiment doué pour tel ou tel emploi. Le revers de la médaille, c'était que certain enfants n'étaient choisis ni pour l'artisanat ni pour entrer au service de la Matrone. Il arrivait parfois qu'il y ait trop d'enfants pour une même place, ou que l'on ne trouve pas de candidat adéquat pour un certain métier. Rien n'était jamais sûr, même quand le nombre d'enfants semblait correspondre au nombre de postes, comme c'était le cas cette année. Pour ceux qui attendaient sans savoir, c'était un mauvais moment à passer.

Enée frotta ses pieds nus dans la poussière d'un air absent. Contrairement aux autres garçons qui semblaient exceller en tout ce à quoi ils essayaient, le jeune Elyséen se rendait souvent coupable de trop travailler et de gâcher ce qu'il faisait. Il regarda encore autour de lui, cherchant son frère, mais se dernier n'était pas là. Il remarqua que d'autres enfants montraient des signes d'inquiétude. Certains riaient, faisant semblant de ne pas penser à ce qu'ils feraient s'ils n'étaient pas choisis.

Un garçon donna un coup de coude dans les côtes d'Enée, car le héraut de la Matrone Loinvoyant venait d'apparaître au balcon qui donnait sur la cour. Le héraut fit signe à un garde, qui ouvrit une petite porte et laissa sortir les maîtres artisans. Ces derniers traversèrent la cour et vinrent se placer au pied du grand escalier. Selon la tradition, ils tournaient le dos aux garçons en attendant la Matrone.

-"Oyez, oyez ! annonça le héraut d'une voix forte. Sa grâce de la maison des Loinvoyants"

L'intéressée attendit patiemment que soit finit l'énoncé, puis s'avança sous le soleil. Une femme mince et gracieuse d'une prestance née des gens pour régner. Sa robe jaune pâle contrastait étonnement avec ses cheveux noirs. Ses yeux étaient aussi bleus qu'un ciel de nuit de pleine lune.

Puis la suite de la Matrone fit son entrée. Enée vît que tous les membres de la maisonnée étaient présents, y compris Maitre Kirgan. Ne manquait qu'à l'appelle son père, parti on ne sait ou pour le bien de la Matrone et son frère qui était introuvable ...
_________________


Dernière édition par Enée le Lun 9 Fév - 23:21 (2009); édité 2 fois
Revenir en haut
MSN
Enée
Conseiller

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2008
Messages: 582
Localisation: Dans les arcanes.

MessagePosté le: Lun 9 Fév - 23:17 (2009)    Sujet du message: [Histoire] Enée. Répondre en citant


~ Le grand jour ~  
Seconde partie    
Quand toute la cour fut prête à l'entendre, la Matrone prit la parole:- Hier, le dernier jour de la soixantième année de notre règne - parlant d'elle - s'est achevé. Aujourd'hui commence la fête de "Tanaris". Demain, les enfants qui sont rassemblés ici compteront parmi les membres de notre maisonnée. On ne les considérera plus comme des enfants, mais comme des apprentis et des gens libres. C'est donc le moment pour moi de vous demander si certains d'entre vous désirent être libérés de leur obligations envers notre famille ?"

C'était une question de pure forme et l'on ne s'attendait pas à ce que quelqu'un y réponde, car rare étaient ceux qui voulaient quitter la maisonnée. La Matrone fit signe au héraut de poursuivre.
Ce dernier annonça le premier maître artisan, qui appela trois enfants. Tous acceptèrent sans qu'aucun n'ait l'air déçu. Le choix se poursuivit dans le calme, car personne ne refusait son appel. Chaque enfants allait se mettre à côté de son nouveau maître.

L'après-midi avançait et le nombre d'enfants qui attendaient diminuait. Enée commençait à se sentir de plus en plus mal à l'aise. Il n'y eut bientôt plus que trois autres garçons et lui debout au milieu de la cour. Tous les artisan ou maître avaient appelé leurs apprentis et il ne restait que deux conseillers de la Matrone en plus d'un maître d'armes qui n'avaient pas été entendus. Anxieux, le coeur battant, Enée observa le groupe qui se tenait en haut des escaliers. La Matrone s'ennuyait ferme et ne prenait pas vraiment la peine de le cacher, car elle discutait à voix basse avec un Elyséen à sa droite.

Le Marchéchal Algon s'avança. Il appela l'un des garçons et l'adolescent trapu, fils d'un valet de la maisonnée, vint se placer derrière lui. Puis il se retourna et jeta à Enée un sourire condescendant; Les deux garçons ne s'étaient jamais entendus et l'enfant au visage grêlé passait souvent de longues heures à se moquer d'Enée et à le tourmenter.

L'intendant Samuel appela l'autre garçon, pour en faire son serviteur, laissant plus qu'Enée et un dernier garçon seuls. Le maître d'armes s'avança alors et Enée sentit son coeur s'arrêter lorsque le vieux Elyséen appela:
- "Thoras, fils de Megar."

Il y eu un silence. Enée attendit que l'on appelle son nom, mais le maître d'armes recula tandis que Thoras venait le rejoindre. Enée se sentit tout petit sous le regard de tous ces gens. La cour lui paraissait plus grande que jamais et il se sentait déplacé et mal habillé. Son coeur chavira dans sa poitrine lorsqu'il réalisa qu'il ne restait aucun maître ni aucun conseiller prêt à prendre un apprenti; il était le seul à ne pas avoir été appelé. Luttant contre ses larmes, il attendit que la Matrone congédie tout le monde.

Au moment ou la Matrone, visiblement désolé pour l'enfant, allait prendre la parole, elle fut interrompu par une autre voix:

- "Votre grâce, si vous me permettez."
Tous les yeux se tournèrent pour regarder Kirgan, qui s'avança d'un pas.
- "J'ai besoin d'un apprenti et j'appelle Enée à mon service."
Une vague de murmures parcourut l'assemblée. On entendit quelques voix s'élever pour dire qu'il n'était pas bon qu'un magicien participe au choix. La Matrone les fit taire d'un regard, le visage dur. Nul maître artisan n'oserait s'opposer à elle, juste pour un simple gamin. Lentement, tous les yeux se tournèrent vers l'enfant.
- "Kirgan étant reconnu comme maître dans son art, il a le droit de choisir un apprenti, souligna la Matrone. Enée, acceptes-tu de te mettre à son service ?"

Enée était tout raide. Il s'était imaginé à la garde, lieutenent des armées de la maisonnée, ou se découvrant un jour reprendre la place de son père. Dans ses rêves d'enfants il avait volé dans les cieux, chassé des monstres terribles et sauvé le royaume. Dans ses moments de calme, il s'était demandé s'il passerait sa vie au service de l'intendance, à faire des poteries ou à faire de la vente des produits de la maison. Mais la seule chose à laquelle il n'avait jamais pensé, le seul rêve qui n'avait jamais enflammé son esprit, c'était celui de devenir magicien.

Il sorti de son état de choc, conscient que la Matrone attendait patiemment sa reponse. il observa les visages devant lui. Kirgan le regardait avec intensité. Le visage du magicien montrait des signes d'inquiétude et soudain Enée se décida. Ce n'était peut-être pas très orthodoxe, mais mieux valait n'importe quel métier plutôt que pas de métier du tout. Il s'avança, se prit le pied dans son propre talon et s'affala face contre terre. Il se releva et fila vers le magicien, pratiquement à quatre pattes. Ce faux pas rompit la tension et le rire de la Matrone résonna dans la cour. Rouge d'embarras, Enée se mit derrière Kirgan, regarda au-delà de la panse rebondie de son nouveau maître et vit que la Matrone l'observait avec gentillesse. Puis elle se tourna vers les gens qui attendait la fin de la cérémonie.
- "Je déclare que désormais, chaque enfants  présent est à la charge de son maître, qu'il doit lui obéir en tout point dans le respect des lois de la maisonnée Loinvoyant et que tous seront considérés comme faisant parti de notre famille à part entière. Que les apprentis restent avec leur maître ! En attendant le banquet, je vous souhaite à tous une bonne journée."

Elle se tourna et présenta son bras à un Elyséen à sa droite, qui posa délicatement sa main dessus. Ensemble, ils rentrèrent dans l'orphelinat entre les rangs des courtisans qui s'écartèrent pour les laisser passer. Enée tourna son attention vers Kirgan, qui se tenait là, perdu dans ses pensées.

- "J'espère qu'aucun de nous n'a fait un erreur aujourd'hui, déclara le magicien au bout d'un moment."
- "Pardon ?"
Kirgan agita la main d'un air absent, faisant bouger sa robe.
- "Aucune importance, mon garçon. Ce qui est fait est fait. Tirons-en le meilleur parti possible. (il mit sa main sur l'épaule d'Enée). Viens, retirons-nous dans la tour ou j'habite".  
(A SUIVRE)
_________________


Revenir en haut
MSN
Enée
Conseiller

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2008
Messages: 582
Localisation: Dans les arcanes.

MessagePosté le: Lun 13 Avr - 16:26 (2009)    Sujet du message: [Histoire] Enée. Répondre en citant

~ Les premiers pas ~
Première partie

Enée broyait du noir sur sa paillasse.
Pan, le chat de la maison, lui donna un petit coup de tête, inventant l'Elyséen à lui gratouiller le front. Comprenant qu'il ne recevrait rien, le chat s'avança vers la fenêtre et, sur un grognement mécontent, s'élança d'un bond. Enée ne remarqua même pas le départ de l'animal, tant il était absorbé par ses propres ennuis. Depuis qu'il était devenu l'apprenti de Krigan quatorze mois auparavant, il semblait rater systématiquement tout ce qu'il faisait.

Il se renversa sur sa paillasse et se mit un bras sur les yeux. L'odeur salée de la brise marine entrait par la fenêtre et le soleil lui chauffait les jambes. Sa vie s'était nettement améliorée depuis son apprentissage, sauf pour l'essentiel: ses études.

Des mois durant, Krigan s'était efforcé de lui inculquer les rudiments des arts magiques, mais il y avait toujours quelques choses qui allait de travers malgré tous ses efforts. Côtés théorie, Enée apprenait vite et comprenait très bien les concepts de base. Mais chaque fois qu'il tentait d'utiliser ses connaissances, quelques chose semblait le retenir. C'était comme si une partie de son esprit refusait de laisser entrer la magie, comme s'il existait un blocage qui l'empêchait de passer une certaine étape dans le lancement du sortilège. A chaque essai, quand il en arrivait à ce stade, il se retrouvait comme un alpiniste rétif, incapable de franchir l'obstacle.

Krigan l'avait rassuré en lui disant que tout se réglerait avec le temps. Le magicien était toujours très gentil avec lui et ne le réprimandait jamais pour ses échecs, car il voyait bien qu'il essayait.

Enée fut arraché à ses rêverie par quelqu'un qui ouvrait la porte. Il leva les yeux et vit entrer le maître d'écritures, avec un gros livre sous le bras. Les robes blanches de ce dernier bruissèrent quand il referma la porte. Enée s'assit.
-"Enée, c'est l'heure de ta leçon d'écriture ..." (Il se tut en voyant le visage déprimé du garçon.) "Qu'y a-t-il ?"

Enée avait fini par apprécier le Maître. C'était un elyséen sévère, mais juste. Il félicitait le garçon quand celui-ci réussissait et le grondait quand il échouait. Il avait un esprit vif, un certain sens de l'humour et il était ouvert aux questions, même quand Enée avait l'impression de demander des choses stupides.
Enée se releva en soupirant.
-"Je ne sais pas. C'est jusque, visiblement, les choses ne vont pas comme il faut. Je rate tout ce que j'essaye de faire."
-"Enée, tout ne peut pas être noir, l'encouragea le maître en lui posant la main sur l'épaule. Pourquoi ne pas me raconter ce qui ne va pas ? Nous pourrons nous exercer à l'écriture un peu plus tard."


Il se dirigea vers un tabouret près de la fenêtre et rajusta ses robes sous lui en s'asseyant. Puis il posa le gros livre à ses pieds et observa le garçon.
Ce dernier avait grandi au cours de l'année qui venait de s'écouler. Ses épaules commençaient à s'élargir un peu et sur son visage se dessinaient certains traits de l'elyséens qu'il deviendrait un jour. Il paraissait déprimé dans sa tunique et son pantalon sans apprêt, les pensées aussi sombres que le tissu qui l'habillait. Sa chambre, habituellement propre et bien rangée, était en désordre, pleine de papiers et de livres, à l'image du chaos qui régnait dans sa tête.

Enée resta assis sans rien dire. Puis, comme le maître d'écriture restait silencieux, il prit la parole ...

(A SUIVRE).
_________________


Revenir en haut
MSN
Enée
Conseiller

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2008
Messages: 582
Localisation: Dans les arcanes.

MessagePosté le: Mar 28 Juil - 21:50 (2009)    Sujet du message: [Histoire] Enée. Répondre en citant

~ Les premiers pas ~
Deuxième partie partie

-"Vous vous souvenez quand je vous ai dit que Kirgan essayait de m'apprendre les trois vénéfices de base qui permettent de calmer l'esprit, pour pouvoir lancer des sorts calmement ? Eh bien, en faite, je maîtrise ces exercices depuis des mois. Maintenant, je peux amener mon esprit au calme en quelques instants et sans effort. Mais ça ne va jamais plus loin. Après, tout semble aller de travers."

-"Que veux-tu dire par là ?"
-"Ce qu'on apprend ensuite, c'est à discipliner son esprit pour lui faire faire des choses qui ne lui sont pas naturelles, comme réfléchir à une idée à l'exclusion de toute autre, où éviter de penser à une chose bien précise, ce qui est plutôt difficile quand on sait de quoi il s'agit. La plupart du temps, j'y arrive mais, parfois j'ai l'impression qu'il y a comme des forces qui tambourinent dans ma tête et qui veulent que je fasse les choses différemment. C'est comme si, dans mon esprit, les choses ne se passaient pas comme maître Krigan m'a dit que ça devait se passer."
"chaque fois que j'essaye un sortilège tout simple que le maître m'a appris, comme faire bouger un objet ou me soulever du sol, ces choses dans ma tête m'envahissent, balayent ma concentration et me font perdre le contrôle. Je n'arrive même pas à maîtriser le plus petit sortilège. (Enée se sentit tout tremblant, car s'était la première fois qu'il avait l'occasion d'en parler à un autre que son maître) Krigan me dit juste de continuer à essayer et de ne pas m'inquiéter. (Les larmes aux yeux, il continua) J'ai du talent. Krigan m'a dit qu'il s'en était rendu compte dès la première fois où nous nous sommes rencontrés, quand j'ai utilisé le cristal. Vous aussi, vous m'avez dit que j'ai du talent. Mais je n'arrive quand même pas à faire marcher les sorts comme ils devraient; C'est tellement déroutant."

-"Enée, la magie a de nombreuses propriétés, rappela le maître d'écritures, et nous comprenons mal comment elle fonctionne, même ceux qui la pratique. Dans les écoles ont nous apprend que la magie est un don des divinités et nous décidons d'y croire. nous ne comprenons pas comment les choses peuvent en être ainsi, mais nous ne doutons pas. Chaque élément a son propre domaine de magie et il n'y en a pas deux vraiment pareils. Mais nul ne serait dire pourquoi."
"Les magiciens possèdent un don, ils ont des pratiques très différentes de celles des autres elyséens. Ce sont eux qui étudient l'art de la magie, qui effectuent des recherches sur la nature et son fonctionnement; pourtant, même eux sont incapable d'expliquer comment elle marche. ils savent seulement l'utiliser et transmettre ce savoir à leurs élèves, comme Krigan le fait pour toi."

-"Comme il essaye de le faire pour moi. Je crois qu'il ne peut-être mal jugé."
-"Je ne pense pas, Enée. Je connais un peu ces choses et depuis que tu es l'élève de Krigan, j'ai senti le pouvoir croître en toi. Peut-être que tu y viendras sur le tard, comme c'est arrivée pour d'autres, mais je suis sûr que tu trouveras le bon chemin."


Enée ne se sentait pas plus soulagé. Il ne mettait pas en doute la sagesse de son maître d'Ecriture, ni ses opinions, mais il se disait malgré tout qu'il pouvait se tromper.
-"J'espère que vous avez raison, maître. Mais je ne comprends pas ce qui se passe en moi."

-"Je crois que je sais ce qui ne va pas, annonça une voix à la porte."

Surpris, Enée et le maître d'écriture se retournèrent et virent Krigan de bout sur le seuil. Ses yeux bleus semblaient inquiets et ses épais sourcils gris formaient un V au dessus de son nez. Ni Enée ni le maître d'écriture n'avaient entendu la porte s'ouvrir. Le magicien souleva sa longue robe verte et entra dans la chambre, laissant la porte ouverte.
-"Viens ici, Enée, ordonna Krigan avec un petit geste de la main. (Le garçon se rendit auprès de son maître, qui lui mit les deux mains sur les épaules.) Les enfants qui restent assis dans leur chambre à travailler jours après jours en se demandant pourquoi les choses ne marchent pas entretiennent cet état d'échec. Je te donne ta journée. Tu devrais trouver rapidement d'autres garçon pour t'aider à t'attirer tous les ennuis que les gamins de tin âge adorent habituellement. Il sourit et son élève se sentit soulagé). Tu as besoin de faire une pause dans tes études. Maintenant disparais."

Ce disant, il donna une petit tape amicale sur la tête de son élève, qui partit en courant dans l'escalier. Krigan traversa la pièce et assit son imposante personne sur la paillasse d'Enée. Puis il regarda le maître d'écriture:

-"Ce gamin se fait trop de mouron ... Croyez moi, il a du potentiel, mais il ne le sait pas encore, sourit-il"

Les deux Elyséens continuèrent à parler, jusqu'à la fin de la matinée ...

(A SUIVRE).
_________________


Revenir en haut
MSN
Enée
Conseiller

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2008
Messages: 582
Localisation: Dans les arcanes.

MessagePosté le: Mer 26 Aoû - 22:20 (2009)    Sujet du message: [Histoire] Enée. Répondre en citant

~ Le réveille ~

Sa quatorzième année ...
Enée se promenait tranquillement derrière la maisonnée depuis quelques heures, au moment ou il s'appretait à faire demis-tour pour rentrer, il entendit un cri retentir de l'autre côté de la colline. Il courut vers le sommet. Quand il passa la crête, il s'arrêta, horrifié, et sentit ses cheveux se hérisser sur sa tête. 

Une jeune elyséenne, pas plus agé que lui, courait, suivie de près par deux Kobolds. En général, ces derniers ne s'aventuraient pas si loin de leur campement et Enée ne s'attendait pas à en voir ici. Ils étaient vaguement humanoïdes, mais petits et râblés, avec longs bras qui pendaient presque jusqu'au sol. Ils couraient parfois à quatre pattes, comme des sortes de singes un peu comiques, leurs corps d'un épais cuir et leurs lèvres retroussées dévoilant des crocs impressionnants. Ces créatures affreuses ne s'attaquaient que rarement aux Elyséens, mais il leur arrivait parfois de s'en prendre à un voyageur solitaire.

Enée hésita un instant, le temps de sortir un fronde et d'y mettre une pierre. Puis il descendit la colline en courant, faisant tournoyer sa fronde au-dessus de sa tête. Les créatures avaient pratiquement rattrapé l'elyséenne quand il lâcha sa pierre. Elle frappa à la tête le kobold qui était devant et le fit rouler au sol. Le second se prit les pieds dans le premier et tous les deux s'effondrèrent dans un enchevêtrement de bras et de jambes. Enée s'arrêta quand ils se relevèrent, ayant réussi de détourner leur attention de l'Elyséenne. Ils le chargèrent en rugissant et Enée se mit à courrir, il regarda par dessus son épaule et les vit se rapprocher, découvrant leurs grosses canines et déchirant le sol de leurs longues griffes. Le vent lui apportait leur ignoble odeur de viande pourrie.

Le souffle de plus en plus court, il franchit le sommet de la colline. Il sentit son coeur se déchirer quand il vit une rivière devant lui. Plongeant vers le bas de la colline, il se jeta dans la rivière à toute vitesse suivit de près par les kobolds qu'il entendait derrière lui. L'eau était peu profonde à cet endroit, mais elle le ralentit quand même.
Il trébucha sur une pierre et tomba, dans une grande gerbe d'eau. Il lança ses bras en avant et se reçut sur les mains, gardant la tête au-dessus de l'eau. Le choc lui remonta douloureusement dans le bras. Enée tenta de se relever et trébucha à nouveau. Il se tourna et vit les kobolds approcher du bord de la rivière. Ils hululèrent en voyant Enée patauger dans l'eau. Le garçon sentit monter en lui une terreur aveugle. Il essaya de mettre une pierre dans sa fronde mais ses doigts étaient gourds. Maladroitement, il laissa échapper sa fronde que le courant emporta au loin. Enée sentit un cri monter dans sa gorge.

Lorsque les kobolds entrèrent dans l'eau, un éclaire de lumière explosa derrière ses yeux. Une douleur fulgurante lui déchira le front et des lettres grises apparurent dans sa tête. Elles lui étaient familières, il les avait vues sur un parchemin que Kirgan lui avait montré plusieurs fois. Sans y penser, il prononça l'incantation chaque mot disparaissant de son esprit au moment même où il finissait de le dire.
Lorsqu'il en arriva au dernier mot, la douleur cessa et un rugissement sonore retentit face à lui. Il rouvrit les yeux et vit les deux kobolds se tordre dans l'eau. Les yeux écarquillés par la douleur, ils se débattaient désespérément en hurlant et en gémissant.
Enée se hissa hors de l'eau et regarda les créatures se démener et battre des bras en toussant et en crachant. Au bout d'un moment, l'un des kobolds frissonna puis finit par arrêter de bouger, le visage dans l'eau. Le second mit encore quelques minutes à mourir, mais comme son compagnon, il se noya aussi, incapable de garder ma tête hors de l'eau.

Fiévreux, épuisé, Enée retraversa la rivière. Ses oreilles bourdonnaient et tout lui semblait flou et incohérent. Il s'arrêta au bout de quelques pas, pensant à l'elyséenne. Il reprit sa marche vers l'endroit où il l'avait vu. Il monta au sommet de la colline et fit un tour d'horizon. Comme l'Elyséenne n'était nulle part en vue, il reprit la route de la maisonnée. Il avait de mal à réfléchir et il mourait de faim. Il savait qu'il avait du mal à avancer, mais tout ce qu'il pouvait tirer du kaléidoscope de ses pensée, c'était qu'il avait faim ..

(A SUIVRE).
_________________


Revenir en haut
MSN
Enée
Conseiller

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2008
Messages: 582
Localisation: Dans les arcanes.

MessagePosté le: Sam 19 Sep - 16:11 (2009)    Sujet du message: [Histoire] Enée. Répondre en citant

~ Le Mystère du Don ~
Question d'un vieux mage

Enée était allonger sur sa couche, les reliefs de son repas à côté de lui sur un plateau. Il n'avait pas souvenir d'avoir déjà été si fatigué. Krigan faisait les cents pas dans la chambre.
-"C'est absolument incroyable. (Ses mains s'agitaient et sa robe roge tourbillonnait autour de son corps imposant comme l'eau autour d'un rocher.) Tu fermes les yeux et l'image d'un parchemin que tu as vu il y a des semaines apparaît. Tu prononces l'incantation comme si tu tenais le parchemin devant toi et les Kobolds s'effondrent. Absolument incroyable. Il s'assit sur le tabouret à côté de la fenêtre et poursuivit:) Enée, personne n'a jamais fait ça auparavant. Sais-tu comment tu t'y s pris ?"

Enée, qui commençait à sentir le sommeil l'envahir doucement, regarda le magicien.
-"Je vous ai dit tout ce que je savais, Krigan."
-"Oui, mais as-tu la moindre idée de ce que cela signifie ?"
-"Non."
-"Moi non plus. (Le magicien sembla se recroqueviller sur lui-même lorsque son excitation le quitta, remplacée par une profonde incertitude.) Je n'ai pas la moindre idée de ce que tout cela veut dire. Les Magiciens ne lancent pas leurs sorts comme ça, rien qu'avec la tête. Les prêtres le peuvent, mais ils utilisent quand même des sortes d'objets de transfert et puis, leur magie est différente de la nôtre. Tu te souviens de ce que je t'ai dit sur les objets de transfert, Enée ?"


L'interpellé cilla car il ne se sentait pas en état de réciter une leçon. Mais il se força à se relever.

-"Toute personne utilisant la magie doit utiliser un objet où transférer son pouvoir. Les prêtres ont le pouvoir de faire passer leur magie par leurs prières: ces prières sont des sortes d'incantations. Les magiciens utilisent leur corps ou des objets, comme des livres ou des parchemins."
-"Exact, approuva Krigan, mais tu viens de contredire cette règle. (Il sortit sa longue pipe et la bourra de tabac d'un air absent.) Le sortilège que tu as lancé ne peut pas se servir du corps du lanceur comme objet de transfert. Il a été crée pour infliger de grandes douleurs à quelqu'un. Ce peut être une arme terrible. Mais on ne peut le lancer qu'à partir d'un parchemin sur lequel il est écrit, au moment même du lancer. Pourquoi cela ?"


Enée se forçait à garder les yeux ouverts.
-"Le parchemin lui même est magique."
-"Exactement. Certaines magies sont intrinsèques aux magiciens, comme prendre la forme d'un animal ou sentir les changements de temps. Mais lancer un sortilège en dehors de son corps, sur quelqu'un d'autre, nécessite un objet de transfert extérieur. En lançant ce sortilège que tu avais en mémoire, pour peu qu'il fonctionne effectivement, c'est toi qui aurais dû être frappé de douleurs terribles, pas les kobolds ! C'est pour cela que les magiciens ont développé les parchemins, les livres et les autres objets, pour pouvoir y transférer ces magies de manière à ne pas être eux-même affectés. Et jusqu'à aujourd'hui, j'aurais juré que nulle personne au monde n'aurait pu faire fonctionner ce sortilège sans avoir le parchemin en main."


S'appuyant sur le rebord de la fenêtre, Krigan tira un moment sur sa pipe les yeux perdus dans le vide.
-"C'est comme si tu avais découvert une forme de magie complétement nouvelle, dit-il tout bas."

N'entendant pas de réponse, il se tourna vers Enée, qu'il trouva profondément endormi. Secouant la tête avec étonnement, le vieux magicien plaça une couverture sur le jeune élyseen épuisé. puis il éteignit la lanterne qui pendait au mur et sortit. En montant l'escalier jusqu'à sa propre chambre, il continua à secouer la tête.
-"Absolument incroyable."

(A SUIVRE).
_________________


Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:58 (2018)    Sujet du message: [Histoire] Enée.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les enfants Elyséens Index du Forum -> Les Archives [rp] -> Missives, Parchemins, Documents -> Histoire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky